Rechercher

close

Découvrir

Jardins de Valmer : une histoire de goût(s)

NOTRE TERRITOIRE

Les jardins Renaissance du château de Valmer offrent un cadre d’exception aux mille variétés de plantes qu’ils abritent. Le potager, notamment, réserve de belles découvertes gustatives.

 

« Mieux qu’un château vide, un jardin bien rempli. » Voilà une devise parfaite pour Valmer, qu’un incendie en 1948 a amputé de son château du XVIe siècle, mais dont les jardins constituent une inépuisable source d’émerveillement. D’une superficie de cinq hectares, ils ont été restaurés dans les années 2000 par Alix de Saint Venant, paysagiste et maîtresse des lieux, selon des plans d’époque. En témoignent leur dessin en étoiles et leur structure en terrasses typiques de la Renaissance, mais aussi leur fameux potager, héritier de l’ancien jardin nourricier du domaine. Il régale aujourd’hui les visiteurs invités à goûter librement les comestibles dont il est garni : des pommes de reinette et des pommes d’api, des collections de poires et de tomates, des fruits rouges et des légumes oubliés, mais aussi des fleurs au goût d’huître et des baies à la saveur de caramel, entre bien d’autres espèces rares et insolites.

Le potager, héritier de l’ancien jardin nourricier du domaine


À l’image du potager, chaque espace des jardins a son histoire et ses surprises, depuis la haute terrasse, dont le labyrinthe végétal cache une ancienne colonne du château de Chanteloup, jusqu’aux douves, où tombent en cascades deux sophoras du Japon aux fl oraisons exceptionnelles, en passant par le château d’ifs, qui remplace celui de pierre, et la terrasse de Léda, dont les parterres de fleurs blanches évoquent la statue de marbre qui se trouvait là jadis (aujourd’hui au Metropolitan Museum de New York).
« Nous avons associé la structure historique des jardins à une grande variété de plantes », explique Jean de Saint Venant, nouveau visage du domaine familial. Au-delà même des jardins, le vaste parc clos de murs a conservé son dessin du XVIIe siècle. Les six hectares de vignes qu’il renferme témoignent de la tradition viticole des lieux, qui remonte à la Renaissance et se perpétue largement. Situé au coeur de l’appellation vouvray, le vignoble a gagné les coteaux et s’étend aujourd’hui sur trente hectares. « La philosophie est la même pour l’exploitation viticole que pour les jardins, résume Jean de Saint Venant. Conserver le patrimoine historique et l’améliorer. »

 

FOCUS

Jean de Saint Venant, le passeur amoureux

Le domaine de Valmer appartient à la même famille depuis près de 130 ans. Alix et Aymar de Saint Venant, les actuels propriétaires, ont sauvé son vignoble, restauré ses jardins et ouvert ses portes au public. Leur fils Jean, 36 ans, compte bien poursuivre leur oeuvre. En 2008, après avoir fait des études de commerce et travaillé à Paris, il a passé un BTS OEnologie et viticulture et rejoint le domaine familial. S’il s’est tout d’abord « focalisé » sur l’exploitation viticole, il a par la suite élargi son champ d’action aux jardins et à la gestion de l’ensemble, dans une logique de pérennisation. « 130 ans, ce n’est rien à l’échelle du lieu, estime-t-il. Nous ne sommes que des passeurs amoureux. »

 
INFOS PRATIQUES :
www.chateaudevalmer.com

Retour